CAP MATHS

BO de l’éducation nationale (26-07-2018)

« Au cycle 2, la résolution de problèmes est au centre de l’activité mathématique des élèves, développant leurs capacités à chercher, raisonner et communiquer. Les problèmes permettent d’aborder de nouvelles notions, de consolider des acquisitions, de provoquer des questionnements. Ils peuvent être issus de situations de vie de classe ou de situations rencontrées dans d’autres enseignements. »

« Dans la continuité des cycles précédents, le cycle 3 assure la poursuite du développement des six compétences majeures des mathématiques : chercher, modéliser, représenter, calculer, raisonner et communiquer. La résolution de problèmes constitue le critère principal de la maitrise des connaissances dans tous les domaines des mathématiques, mais elle est également le moyen d’en assurer une appropriation qui en garantit le sens. »

Chercher, apprendre, s’entrainer sont les trois points forts de Cap Maths.

La plupart des notions sont travaillées dans une « démarche spiralaire » qui permet, à différents moments de l’année, de revenir sur un apprentissage, de le consolider et de l’enrichir.

Une séance de Cap Maths se déroule généralement en trois temps :

1.   Le temps de la recherche et de la réflexion

Afin de donner du sens à un nouvel apprentissage, les élèves sont confrontés à un problème, seuls ou en groupes. Ces problèmes peuvent être des énoncés, ou des situations réelles : du matériel, des jeux …Suivront des moments de confrontation avec les autres pour échanger et débattre sur les réponses obtenues, sur les procédures utilisées (correctes, intéressantes) et sur les erreurs qui sont survenues. La phase de recherche est souvent élaborée sur l’ardoise ou une feuille de brouillon. Cela permet à l’élève de se sentir libre d’explorer une piste, puis une autre, sans se soucier de faire « juste » ou « propre » du premier coup ! 

Pendant cette phase de travail, les élèves trouvent des solutions qui peuvent être diverses, (longues, expertes…). L’entrée dans les apprentissages est progressive.Généralement, les parents ne voient pas cette phase-là qui est très importante dans la construction des connaissances.

2.  Le temps de la synthèse

Après ce temps de recherche, les diverses solutions (recherches ou ébauches de solutions) sont présentées, expliquées, organisées au tableau. L’enseignant met en évidence les connaissances utilisées et fait une synthèse des nouveaux acquis. Il met l’accent sur ce que les élèves doivent retenir du travail qui vient d’être réalisé.Une synthèse est souvent proposée dans Dico Maths ou donnée par écrit (cahier ou pistes de travail).

Les connaissances s’enracinent et prennent sens dans des problèmes qu’elles permettent de résoudre. Des séances de travail sont aussi proposées pour apprendre à chercher.

3.  Le temps de l’entraînement

Le fichier et/ou le livre présente alors trois parties pour chaque séance :

  • Le calcul mental qui est un axe prioritaire avec des activités quotidiennes.

  • Des exercices de révision des connaissances acquises précédemment. Pour être stabilisées et mémorisées par les élèves, les connaissances doivent être exercées, puis entraînées régulièrement. 

  • Des exercices d’entrainement de connaissances travaillées au cours de la recherche de la séance.

Les séances sont regroupées en unités qui se terminent par un bilan. Après trois ou quatre unités viennent les évaluations.

NDM Toulon © 2015 Tous droits réservés

Mentions légales